L'artificiel est irrespirable

Par Hallkalah le 12/13/08 - Paru dans Sante-international | 2 commentaires





Image: www.vistawallpaper.org



Le factice nuit à l’espérance de vie, alors que le naturel la prolonge et ce, même chez les animaux. L’artificiel aura toujours cet aspect rébarbatif qui à long terme, peut insidieusement influencer l’efficacité de l’entièreté des systèmes physiologiques d’un organisme corporel.

À titre d’exemple, les éléphants claustrés dans les zoos se verraient perdre de moitié (et parfois plus) la longévité de leur existence. Un rapport de recherche très probant, exécuté par des chercheurs du département des sciences animales de l'université de Guelp au Canada, démontre irrémissiblement ce phénomène. Il va sans dire que la publication de ces prospections réanimera une vive polémique au sujet des conditions de vie des animaux en captivité.

En Asie, plus précisément en Birmanie, les éléphants ayant travaillé dans l’industrie forestière ou encore en milieu sauvage peuvent vivre en moyenne jusqu’à 41,7 ans, contre 18,9 ans pour ceux qui sont cloîtrés dans des zoos occidentaux. Il est important de mentionner que ces pachydermes asiatiques sont l’espèce d’éléphant la plus menacée en terme de quantité sur Terre. L’on remarquera que la promiscuité en lieu clos semble catégoriquement importuner ces gigantesques mammifères qui décidemment, nécessitent de grands espaces verts pour s’épanouir totalement et vivre pleinement, d’autant plus que leur instinct caractéristique les incite à vivre en communauté, ce qui est rarement le cas dans les institutions. On croirait qu’ils développent une accablante lassitude à la vie lorsqu’ils sont claquemurés en milieu simulé, sans parler du stress qu’ils doivent ressentir par l’aspect interactif et attractif des zoos…

Même résultat en Afrique; les éléphants des zoos occidentaux franchissent à peine la barre des 17 ans alors que dans le parc d’Amboseli, ils vivent en moyenne presque 36 ans, si l’on considère l’acharnement des braconniers (autrement ils pourraient atteindre les 56 années). La plus fascinante des trouvailles siège dans le fait que les éléphants naissant dans des zoos et étant ensuite transportés en nature vivent anormalement moins longtemps que ceux qu’on capture en forêt afin de les enfermer au zoo.

Il ne faudrait pas prendre ces immense créatures pour de bêtes entités; elles ressentent davantage le dédain de l’artificiel qu’elles ne le laissent paraître et de tels résultats devraient nous inspirer à vivre plus naturellement.

 


  • Paru dans Sante-international | 2 commentaires | Articles lus 4204 fois.
  • Vote : Moyenne de 3.03 / 5 pour 296 votes.
  • 1 2 3 4 5
  • Merci de voter!








X
Aime notre page Facebook:
Pour recevoir les meilleures videos choc, insolites et touchantes directement dans ton newsfeed! Des buzz garantis!