Les canneberges, baies divines

Par Hallkalah le 12/15/08 - Paru dans Sante-international | 1 commentaires




a
image : www.canneberge.qc.ca


La préoccupation d’une saine alimentation est désormais incessamment prisée par plusieurs soucieux qui s’attardent sur les impacts à long terme du fait de mieux se nourrir. Avec le taux grandissant des maladies et problèmes de tous genres de santé, et des étranges découvertes pathogènes potentiellement reliées à l’ingestion des certains types de repas, spécifiquement la tambouille servie dans les restaurants « rapido presto », il n’est pas étonnant de se tourner vers les atouts bienfaisants des produits sains de la nature. Les canneberges par exemple, sont de petits miracles fruitiers dont leurs effets salutaires au corps humain sont de plus en plus considérés.

Baie depuis toujours utilisée par nos Amérindiens, ses effets préventifs et guérisseurs ne sont pas à négliger. Contenant un lot substantiel d’antioxydants (flavonoïdes), les canneberges sont d’excellents guerriers assainisseurs. Ils ont la capacité de diminuer les probabilités de développements cancérigènes, carieux et préviennent remarquablement les infections urinaires. Le système cardio-vasculaire se voit aussi en profiter allègrement.

Ses grandes vertus santé résideraient par ailleurs dans les pigments qui leur confèrent cette couleur pourpre. Il s’agirait des molécules « proanthocyanidines ». Elles restreindraient les agents pathogènes, telles les bactéries, d’adhérer aux parois tissulaires, ce qui en cas contraire, provoque des infections de tous genres. C’est ce mécanisme qui aurait les attributs de prévenir en partie, autant la carie, que les infections urinaires et les ulcères d’estomac.

Les avantages de cette baie préventive auraient maintenant attiré beaucoup l’attention des chercheurs qui ont réussi à atteindre de drôles de cimes en exploitant les atouts du fruit concerné. En effet, des spécialistes de l’Université du Maine se sont concentrés sur le cas de la bactérie E.coli et en sont venus à de stupéfiantes conclusions. Le fait d’ajouter une quintessence de jus de canneberges à la viande hachée aurait pour résultat d’éliminer considérablement les microbes responsables de cette contamination, sans altérer le goût, la couleur et l’odeur de la boulette.

 


  • Paru dans Sante-international | 1 commentaires | Articles lus 6435 fois.
  • Vote : Moyenne de 3.02 / 5 pour 293 votes.
  • 1 2 3 4 5
  • Merci de voter!








X
Aime notre page Facebook:
Pour recevoir les meilleures videos choc, insolites et touchantes directement dans ton newsfeed! Des buzz garantis!