La révélatrice origine de Noël

Par Hallkalah le 12/13/08 - Paru dans Insolite-international | 1 commentaires


Image: www.virtualmuseum.ca




De nos jours, lorsque les gens songent à la fête de Noël, ils s’imaginent Jésus dans l’agreste crèche, ceinturé d’animaux bucoliques, de Marie et Joseph couronnés d’un étincelant halo de sainteté ainsi que de trois rois mages impassibles et dévoués. Ils pensent aussi à tous les tracas (ou pas) que leur susciteront l’affolement des achats matériels et les langoureux préparatifs des festivités familiales. Peu d'attentifs semblent néanmoins connaître l’origine de cette fête maintenant qu’ils ont leur idée claire et nette imprégnée dans l’esprit.

Il faut remonter loin pour comprendre l’essence et toute la beauté de cette fête. Longtemps les humains ont été préoccupés par le rythme des saisons car le Soleil était l’élément clé de la récolte, de la chaleur et du bien-être. Suite aux observations accrues des mouvements de leur astre en relation avec le Soleil, ils s’inspirèrent des points significatifs orbitaux pour créer des rites et célébrations naturelles. Le 21 décembre, solstice d’hiver, étant la journée la plus courte en terme de luminosité, annonçait la renaissance de la lumière, de la fécondité, de l’espoir et de la chaleur. Les jours recommenceraient, dans ce cycle éternel, leur étirement ensoleillé. Vint l’époque romaine dans laquelle les païens en firent tout autant. Du 17 au 24 décembre étaient fêtées les « Saturnales » où ils invoquaient Sature, dieu des semailles et de l’agriculture. C’était la ribote du « Soleil invaincu ». En bon romains qu’ils étaient, ces réjouissances servaient aussi de prétexte pour s’aviner, danser, chanter, faire du vacarme et s’adonner à d’interminables orgies. On portait des guirlandes au cou, décorait de houx, de gui, de lierres, s’offrait du miel, gâteaux, porte-bonheur, or, et l’on sacrifiait un homme mannequin afin de transcender la vitalité.

Toute l’ampleur de la fioriture religieuse s’en mêla et en profita pour célébrer la naissance du Christ en même temps que cette fête païenne; d’une pierre deux coups, la commodité du 25 décembre permit la conversion des profanes qui se débauchaient dans le vice et l’excès. Il était plus facile d’exhorter les impies vers le royaume du Seigneur en cette date. Vers l’an 300 donc, la fête de Noël (du latin natalis, naissance), inspirée d’une célébration symboliquement beaucoup plus originelle, fut solennellement créée, à des fins liturgiques et tout le banal ornement s’en suivit.

Maintenant, Noël demeure davantage un moyen efficace de générer des profits aux multinationales ainsi qu’à l’économie mondiale. Bombardé de publicité et de prétextes qui n’ont rien à voir aux traditions païennes, le client est un roi mage, alors que la corporation est le nouveau né divin attendant son présent.

 


  • Paru dans Insolite-international | 1 commentaires | Articles lus 4097 fois.
  • Vote : Moyenne de 3.03 / 5 pour 296 votes.
  • 1 2 3 4 5
  • Merci de voter!



  • Actualités connexes

  • 11/09/12

    Collecte jouets noel
    L'organisme "Jeunesse au soleil" commence sa collecte de jouets et de denrées pour le...
  • 12/20/11

    Festivites noel quebec
    Québec dépense près de 625 000 $ pour les festivités de fin d'année. L'événement Québ...
  • 12/16/11

    Achats cadeaux noel
    Les Québécois devraient dépenser un peu plus pour leurs cadeaux de Noël cette année. ...
  • 12/07/11

    Symboles religieux noel
    La mairie de Mont-Royal a retiré la crèche et la ménorah exposées devant l'édifice. L...





X
Aime notre page Facebook:
Pour recevoir les meilleures videos choc, insolites et touchantes directement dans ton newsfeed! Des buzz garantis!