A Washington, les food trucks migrent vers les zones résidentielles pour survivre

A Brookland, un quartier résidentiel du nord-est de la capitale américaine, Jason Tipton a garé son camion bleu “Dirty South Deli” (DSD) dans une rue calme bordée de petites maisons mitoyennes.

Il a beaucoup de pré-commandes, sans compter les clients qui viennent à l’improviste. Au bout d’une heure, la moitié de sa carte de sandwichs est en rupture de stock.

A la mi-mars, les grandes entreprises ont mis en place le télétravail, les écoles et musées de Washington ont fermé, les concerts et événements sportifs ont été annulés.

Grâce à Twitter, aux publicités sur les réseaux sociaux de voisinage et au bouche-à-oreille, “DSD” s’est retrouvé une clientèle et change d’itinéraire chaque jour.