Aide à mourir: près de 1200 personnes bénéficieraient de son assouplissement

OTTAWA — Le directeur parlementaire du budget estime que l’assouplissement des critères fédéraux pour obtenir l’aide médicale à mourir entraînerait près de 1200 décès assistés de plus l’an prochain.

Dans la cause Truchon et Gladu, l’automne dernier, la juge Christine Baudouin, de la Cour supérieure du Québec, a invalidé le critère fédéral de «mort naturelle raisonnablement prévisible». Afin de se conformer à ce jugement, le gouvernement a déposé récemment aux Communes le projet de loi C-7. Un sénateur avait auparavant demandé au directeur parlementaire du budget (DPB), Yves Giroux, d’estimer les répercussions de cette modification sur les coûts des soins de santé.

Le DPB estime d’abord que l’assouplissement de la loi entraînerait 1164 décès assistés supplémentaires au Canada en 2021, en plus des 6465 décès déjà prévus sous le régime actuel de l’aide médicale à mourir.