Anna Wintour défend la couverture critiquée de «Vogue» avec Kamala Harris

«Il n’y avait pas d’accord formel sur le choix de la couverture», a-t-elle poursuivi. «Et lorsque les deux images sont arrivées chez Vogue, nous avons tous senti très, très fortement que le portrait moins formel reflétait vraiment le moment que nous vivions – que nous vivons toujours -, soit celui d’une pandémie effroyable fauchant des vies à chaque minute. Et nous avons eu l’impression que pour refléter ce moment tragique de l’histoire mondiale, une image beaucoup moins formelle, très, très accessible et ancrée dans le réel, reflétait vraiment la marque de la campagne Biden-Harris et tout ce qu’ils tentent de faire, et, j’en suis certaine, réussiront à faire.»

Lire la suite sur @ huffingtonpost