Cette activiste russe a-t-elle vraiment déversé de l’eau de javel sur les hommes faisant du manspreading ?

A Madrid, capitale espagnole, la Mairie a décidé en 2017 d’installer dans le métro des panneaux dénonçant le manspreading. Pour l’activiste russe Anna Dovgaliouk, ce n’était visiblement pas suffisant. En 2018, la jeune femme alors âgée de 20 ans décide de passer à l’action dans le métro de Saint-Pétersbourg.

Les conséquences ne se font pas attendre : les vêtements décolorent et certains se trouent même sous l’effet de l’eau de javel. Il faut dire que le mélange employé par la jeune femme est trente fois plus concentré qu’une eau de javel classique utilisée pour la lessive. Le liquide s’avère donc très irritant pour la peau.

Lire la suite sur @ Lescrieursduweb