Coronavirus: la mutation du virus inquiète Didier Raoult

Didier Raoult a été interrogé par Laurence Ferrari le 6 octobre sur l’état de la situation sanitaire à Marseille.

Alors que le premier variant avait une sévérité plus faible, le dernier variant, le variant 4, n’est pas aussi bénin.

Didier Raoult a dit: «Le premier variant, qui circulait en juillet-août, donnait (…) une sévérité moindre : moins d’hospitalisations, moins de réanimations, moins de morts».
Aujourd’hui, «le variant 4» nous fait «penser qu’il n’est pas aussi banal ni aussi bénin.» Il y a de quoi s’inquiéter.