COVID-19: un vaccin développé en moins d’un an? Voici pourquoi il ne faut pas s’inquiéter

En tant que médecin spécialiste des essais cliniques, je vais vous révéler ce que je fais pendant la majeure partie des dix années accordées généralement à l’élaboration d’un vaccin, c’est-à-dire bien peu de choses.

Ce n’est pas de la paresse. Pendant tout ce temps, je propose des subventions, qui sont rejetées. Je les propose à nouveau, j’attends la réponse, je les propose ailleurs, tout cela dans un processus sans fin. Lorsque j’ai la chance d’obtenir du financement pour des essais, je passe les mois qui suivent à me présenter devant des comités d’éthique. J’attends l’approbation des autorités réglementaires, je gère les changements de personnel au sein de la société pharmaceutique et le «changement d’orientation» de mes essais. Finalement, quand la chance tourne en ma faveur, je m’affaire à mettre en place les essais, à trouver les sites où ils auront lieu et je panique parce que le recrutement est mauvais. Je cherche alors d’autres sites…