De chauffeur Uber à cuisinier: à Miami, des Vénézuéliens se réinventent, pandémie oblige

Aujourd’hui, leur activité ayant connu une baisse vertigineuse, beaucoup de ces chauffeurs de VTC ont décidé de se mettre aux fourneaux et de cuisiner vénézuélien pour nourrir les gourmands confinés.

Et la transition se passe si bien pour certains qu’ils espèrent continuer une fois passée l’épidémie de coronavirus.

Mario Amate se souvient du jour, mi-mars, où il a allumé son téléphone et où ce dernier est resté bien silencieux: aucune notification d’Uber, son principal gagne-pain, ne le faisait sonner.

Les Etats-Unis commençaient alors à se mobiliser face à la montée de l’épidémie et la Floride, Etat du sud-est, avait déjà fermé les commerces non essentiels.