Elle refuse de raser sa barbe malgré les critiques sur Tinder : « on me dit que je suis dégueulasse »

« Certaines personnes avec qui je sors l’embrassent et la considèrent juste comme ma caractéristique déterminante », explique-t-elle tout en précisant : « mon dernier petit ami a vraiment aimé ma barbe ». Bien que les spécialistes n’en soient pas certains, la pilosité accrue de Klyde Warren serait due à un syndrome des ovaires polykystiques.

Klyde a vu apparaître ses premiers poils durant l’adolescence, période où les bouleversements hormonaux entraînent bien des changements corporels. Mais contrairement à la majorité des jeunes filles, l’Américaine a constaté une pilosité excessive au niveau du bas du visage. Comme une femme sur cinq, cela pourrait être la conséquence d’un syndrome des ovaires polykystiques.

Lire la suite sur @ Lescrieursduweb