En Allemagne, la Deutsche Bank vient d’accorder un prêt bancaire contre du parmesan

Un crédit de 27,5 millions d’euros contre 125.000 meules de grana padano et du parmesan. Alors que l’on croire lire un tel échange dans un livre d’histoire, il s’agit bien d’une actualité publiée en cette fin septembre. Racontée par le très sérieux Handelsblatt, un journal allemand spécialisé dans l’économie et la finance. 

Les retombées économiques de cette épidémie que la directrice du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Georgieva, compare à « une situation bien pire que celle du Krach boursier de 1929 », sont terribles.

En Italie, la Deutsche Bank figure depuis des années au rang de première banque étrangère implantée dans le pays. Depuis Francfort-sur-le-Main où l’institution bancaire allemande est basée, les banquiers outre-Rhin cherchent des solutions pour épauler les voisins européens face à l’instabilité économique.