La lettre de David Goudreault à la santé mentale à l’émission Bonsoir Bonsoir

L’auteur David Goudreault a récité une lettre percutante à la santé mentale lors de l’émission Bonsoir Bonsoir. Il passe un message important aux gens durant cette période unique qui affecte énormément de personnes.

Chère, très chère maladie mentale
Chère dans le sens d’une dizaine de milliards de dollars par année, juste au Canada,
Avec l’absentéisme que tu causes
Chère en pilule aussi, Des millions de dose pour faire fonctionner le monde
Dans un monde qui ne fonctionnerait plus sans ses Xanax, Seroquel, Ativan
Et chère en bonheur perdu, en amis pendus
T’en connais toi aussi, t’en a connu, près d’un millier d’âmes perdues au Québec chaque année
Combien encore sont tout brisés par en dedans, mais tiennent debout
À bout de souffle, à bout de bras
Pour combien de temps?
Quand même le gouvernement te demande si ça va bien
Tu sais que ça va pas…
Si t’es pas PDG de la SAQ ou d’une usine de plexiglas
Y’a de bonnes chances que t’en ai plein le cul, ou plein le masque
Sous les arcs-en-ciel délavés d’un automne de trop
À la tonne, on a tous et toutes le mental un peu éprouvé…
Paraît qu’il faut dire trouble de santé mentale, plutôt que maladie
Mais quand je vois le mal que tu fais, les rêves que tu détruis
Je me dis que ton petit nom ne change rien aux ruines que tu laisses derrière toi
Trouble, maladie ou folie; tu nous joue dans’ tête pour mieux nous briser le cœur
Mais on peut te contrer, un peu, te détabouiser
Accueillir les fous, les fêlés plein de lumière, les coucous, les usagers ou bénéficiaires
Mettre de l’amour et de l’humour dans nos services, qu’ils restent fiers
D’être, et d’être à part, et à part entière
Mais attention, ne souffre pas de maladie mentale qui veut
Ne pas confondre un coup de déprime et une dépression majeure
Si ton chum te laisse pour ta soeur et qu’il ne te laisse que l’herpès et 100k piasses de dette en partant
C’est correct de feeler moyen, pour quelques jours
Pis si tu te réveilles parce que ta maison brûle et que deux néonazis cagoulés te menacent avec un lance-flamme en ricanant
Ta petite palpitation cardiaque, c’est pas de l’anxiété, c’est de la peur; je te dirais que c’est une réaction pas mal normale
Pis si t’es jamais capable de te décider, que tu dis une chose et son contraire dans la même journée
T’es pas psychotique, t’es juste un ministre en train de gérer une pandémie
Dans tous les cas, si la détresse persiste, insiste, s’incruste dans tes tripes
Te pourrit la vie par en dedans au point de crever à petit feu
Au point de mourir un petit peu, chaque jour
Au poing serré qui frappe dans le miroir, à pu voir le boute’
Appelle à l’aide, débarque à l’hôpital, au CIusssususus ou au poste de police
Cris-le, écris-le que t’en peux pu, montre-le que t’es fracturé de l’esprit
Pis exige des services de qualité, il y en a
Et à force d’en demander, il y en aura encore plus
Lové contre toi, maladie mentale, au quotidien
Je te sais capable de révéler en nous ce qu’il y a de meilleur
L’Humain fait partie de ces choses qu’il faut parfois briser pour en voir le cœur
Alors plein d’admiration, pour tous ceux qui se relèvent après une rechute
Pour toutes celles qui ne laissent pas leur TPL ruiner leurs relations
Pour ceux qui prennent leur dose, respecte la posologie et qui osent dire non au verre ou à la poffe de trop qui pourrait déclencher une nouvelle psychose
Pour les parents nouveau-nés qui ne laisse pas leur trouble d’attachement fucker leurs enfants ou l’amour qu’ils ont à leur donner
Je lève mes vers à tous ceux et celles qui savent qu’on peut avoir une maladie et être en bonne santé, quand même
À vous, mes proches, qui me rappelez que ça n’arrive pas juste aux autres
Si un jour j’entends des voix, j’espère que ce seront les vôtres