La planète commence à célébrer un Nouvel An sous le signe du coronavirus

La planète a commencé jeudi à tourner la page de l’année 2020 marquée par la pandémie de coronavirus qui contraint des milliards de personnes à célébrer dans l’intimité et chez eux le passage au Nouvel An. 

De Sydney à Rome, ils assisteront aux feux d’artifice et aux spectacles derrière un écran de télévision ou d’ordinateur à condition que les festivités n’aient pas été annulées. 

Le petit archipel des Kiribati et les îles Samoa, dans le Pacifique, ont été les premiers à basculer en 2021, tandis que les îles inhabitées de Howland et Baker devront attendre 26 heures de plus.

La Nouvelle-Zélande – où seules quelques restrictions demeurent, faisant de ce pays l’un des seuls de la planète où les habitants peuvent célébrer le passage à 2021 sans écran interposé – a suivi une heure plus tard, avec de grandes foules réunies à Auckland pour assister à un feu d’artifice.