La vente d’un chalet peut entraîner des considérations fiscales compliquées

Les Canadiens sont plusieurs cet automne à rechercher une maison de vacances ou un chalet, alors que le pays s’apprête à traverser un long hiver avec la pandémie de COVID-19. 

Cependant, les acheteurs et les vendeurs ne doivent pas perdre de vue les implications fiscales de ces transactions immobilières, car les règles changent lorsque plusieurs propriétés sont impliquées, préviennent les experts. 

Jamie Golombek, directeur général de la planification fiscale et successorale chez Gestion privée de patrimoine CIBC, explique qu’un ménage a généralement droit à une résidence principale aux fins de l’impôt. Lorsqu’une personne possédant plusieurs maisons — y compris un chalet — se prépare à en vendre une, la plupart des gens sont impatients de réclamer les exonérations fiscales disponibles immédiatement, pour économiser de l’argent.