L’appellation «anges gardiens», un gros «high five» dans le vide

On dit qu’il n’y a pas d’omerta dans le système de santé au Québec. Que tous les anges gardiens sont invités à parler des problèmes qu’ils rencontrent et que le système les écoute à grande oreille. Que le système de santé est transparent. Pourtant la réalité, c’est que la minute où un ange ose parler ouvertement de la réalité crue sur le terrain, le système entend mais il n’écoute pas (il y a une nuance), puis renvoie cet ange. 

A-t-on oublié ce qui s’est passé la dernière fois qu’un ange a été renvoyé par Dieu? Est-ce que ce parallèle peut se faire? Parce que si nos travailleurs essentiels sont vraiment des anges, alors nos hôpitaux, nos CHSLD, nos épiceries etc… seraient tous des miniparadis et leurs gestionnaires seraient des petits Jésus. Quelle belle image!