L’association L214 dénonce la maltraitance des agneaux dans la production de roquefort

«Ils sont égorgés à vif (abattage rituel) ou, théoriquement, étourdis avant d’être saignés. L’étourdissement des agneaux se fait par électrocution, mais les mauvaises pratiques et les cadences infernales entraînent la saignée et l’accrochage d’agneaux encore totalement conscients», selon L214.

Pour produire le lait qui sera transformé en roquefort, les brebis doivent donner naissance à des agneaux. Selon L214, sur plus d’un million d’agneaux nouveaux-nés chaque année, seuls un quart sont gardés pour renouveler le cheptel, les autres étant envoyés dans des élevages intensifs puis à l’abattoir.

L’association de défense des animaux L214 a dénoncé ce 24 juin les pratiques d’un abattoir industriel de l’Aveyron et porté plainte pour «sévices graves envers des animaux», des agneaux issus de la filière de production du fromage roquefort.