Le Brésil veut durcir sa loi sur l’IVG pour les victimes de viol

Le Brésil a décidé de durcir sa loi sur l’accès à l’avortement qui concerne les victimes de viol. La personne sera obligée de raconter “en détails” ce qui s’est passé si elle veut se faire avorter.

Aussi, vendredi 28 août, le ministère de la Santé a annoncé que désormais qu’une femme victime de viol et désirant se faire avorter devra “raconter en détail” son viol au corps médical “et sera avertie qu’elle risque des poursuites judiciaires si elle ne peut pas prouver ses dires” comme le rapporte Le Monde.

Ce n’est pas tout. Toujours selon ce nouveau texte, le personnel médical aura l’obligation de proposer à la femme souhaitant avoir recours à une interruption volontaire de grossesse (IVG) de voir l’embryon ou le foetus par échographie.

Lire la suite sur @ Ohmymag