Le Conseil de déontologie journalistique reconnait qu’Apolline de Malherbe a manqué d’impartialité face à Juan Branco

Le Conseil de déontologie journalistique et de médiation (CDJM), indépendant vis-à-vis de l’Etat, composé de 47 « représentants des journalistes, des éditeurs et des publics » et présidé par l’historien des médias Patrick Eveno, indique avoir reçu 63 saisines depuis le début de l’année, au sujet de 31 articles ou émissions – en effet, pas moins de 23 personnes ont saisi le Conseil au sujet de l’entretien de Juan Branco par la journaliste de BFMTV Apolline de Malherbe.point 502 |

Le CDJM a été fondé après des années de débats sur la défiance grandissante des citoyens envers les médias. Sur le modèle d’institutions semblables en Europe, il réunit des représentants de la profession, des médias, des écoles de journalisme et des associations de lecteurs.

Lire la suite sur @ Vonjour