Le Gala de l’ADISQ célèbre la musique qui a bercé notre confinement

Pour certains c’était le piano d’Alexandra Stréliski, pour d’autres les mélodies rassurantes des Cowboys fringants ou encore les voix berçantes d’Elisapie ou de Louis-Jean Cormier. Peu importe ses préférences, ils ont été la trame sonore de cette pandémie et le Gala de l’ADISQ a permis de leur dire «merci».

Malgré la crise sanitaire et ses complications, le 42e Gala de l’ADISQ a eu lieu comme prévu, dimanche soir, en direct des studios de Radio-Canada, avec Louis-José Houde à l’animation.

Dès l’ouverture, la production a fait preuve de créativité pour contourner les problèmes de distanciation. On a notamment pu voir les Cowboys fringants au milieu du stade Percival-Molson, Deux Frères sur le toit de la Place Ville-Marie ou encore Naya Ali sur un conteneur au pied du pont Jacques-Cartier.