Le laboratoire français Sanofi mis en examen pour « homicides involontaires »

La Dépakine, un antiépileptique, est accusé d’avoir provoqué des malformations chez plusieurs dizaines de milliers d’enfants.

En février, Sanofi avait déjà été mis en examen pour « tromperie aggravée » et « blessures involontaires ». Cette enquête visait à établir s’il avait eu « tromperie sur les risques inhérents à l’utilisation du produit et les précautions à prendre, ayant eu pour conséquence de rendre son utilisation dangereuse pour la santé de l’être humain ».

Cette nouvelle enquête va servir à déterminer si Sanofi peut être tenu responsable du décès de 4 bébés âgés de quelques semaines ou quelques mois entre 1990 et 2014.

En effet, lorsqu’une femme enceinte prend ce médicament, son enfant présente un risque de 10 % plus élevé à des malformations congénitales. Mais aussi un risque accru d’autisme et de retards intellectuels et/ou de la marche, pouvant atteindre jusqu’à 40 % des enfants exposés.

Lire la suite sur @ Vonjour