Le pétrole bon marché ne devrait pas avoir la peau des renouvelables

Avec la pandémie de Covid-19 qui cloue les avions au sol et ferme les usines, la demande d’or noir s’est effondrée, tandis que dans le même temps l’Arabie Saoudite se lançait dans une violente guerre des prix, en augmentant sa production.

Les pays producteurs ont fini par s’entendre pour limiter un peu leur production. Trop tard: le pétrole reste surabondant, les stocks se remplissent et les cours se sont effondrés.

Le Brent de la mer du Nord valait moins de 20 dollars le baril mardi matin: sa valeur a été divisée par trois en trois mois. Aux Etats-Unis, les prix ont même été temporairement négatifs: des producteurs ou négociants étaient prêts à payer pour se débarrasser de leurs barils.