Le repassage des seins : La torture que des mères africaines infligent à leurs filles pour éviter qu’elles ne soient harcelées

Si cette coutume crée d’importants impacts psychologiques, c’est parce qu’elle est d’abord très douloureuse. Et pour cause, pour pratiquer cette mutilation de la poitrine, des objets chauffés au brasier sont appliqués sur les seins pour les aplatir. Ce rituel initiatique se fait dans le cadre d’une cérémonie et se pratique dans tous les milieux sociaux. Pour autant, une chape de plomb repose sur cette coutume.

Alors qu’au Cameroun cette tradition concerne la majorité des jeunes filles, c’est chez les chrétiens et les animistes du sud qu’elle est particulièrement privilégiée. Elle est moins courante au nord, dont la population est musulmane où seulement une femme sur dix a subi le repassage des seins. D’autres pays africains adoptent cette mutilation génitale tel que le Tchad, le Togo, la Guinée, le Bénin, la Guinée-Bissau et certains territoires du centre et de l’ouest du continent.

Lire la suite sur @ Arts-culture