Les obligations linguistiques pas toujours respectées durant la pandémie, conclut le commissaire aux langues officielles

Le commissaire aux langues officielles du Canada, Raymond Théberge, dit lui-même qu’il «sonne l’alarme» et conclut au «non-respect des obligations linguistiques des institutions fédérales» durant la COVID-19 et lors d’autres situations d’urgence qui ont précédé.

Dans son rapport sur les situations d’urgence et de crise, de 2010 à 2020, qu’il a présenté jeudi en conférence de presse, le commissaire rapporte plusieurs événements au cours desquels des francophones au pays n’ont pas eu accès à des informations importantes pour leur santé, leur sécurité.

Ces lacunes provenaient du gouvernement fédéral — qui relève de la juridiction du commissaire — et aussi des gouvernements provinciaux en Ontario, au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse, au Manitoba, en Saskatchewan.