Maria Hummel et son musée : le pouvoir de l’intuition

Miroir magique de la culture nord-américaine, Los Angeles nous montre ce qu’il y a de plus beau, de plus passionnel chez nous, et aussi ce qu’il y a de plus monstrueux.

Une exposition dans un musée illustre ce dernier point et demeure au cœur de l’intrigue concoctée par Maria Hummel dans son roman intitulé Le musée des femmes assassinées.

Le Rocque Museum se prépare à l’événement de l’année, le vernissage de la nouvelle exposition de Kim Lord, «Natures mortes».

Cela fait cinq ans que l’icône féministe, connue pour ses œuvres provocatrices et d’avant-garde, prépare ce nouveau projet: une série de onze autoportraits dans lesquels elle incarne des femmes assassinées ayant défrayé la chronique.

Lire la suite sur @ L\'express