Mariage forcé, reconstruction de l’hymen, le parcours douloureux d’Aïsha

À l’approche de la Journée internationale des droits des femmes, nous tenions à prendre la parole au sujet d’un système d’oppression encore très répandu dans le monde : celui du mariage forcé.

Aïsha est d’origine gambienne. Née en France, elle passe son enfance à Saint-Étienne, avec sa mère et ses sœurs, puis déménage au Sénégal à l’âge de 13 ans, où vit son père. Après l’obtention de son bac en 2006, Aïsha était censée revenir en France pour poursuivre ses études universitaires. Mais son père s’y oppose, souhaitant la voir mariée avant son retour en France.

Persuadée que ses parents voudraient le meilleur pour son avenir, Aïsha ne prend pas au sérieux ce projet. Elle passe encore 2 ans au Sénégal, poursuivant ses études pour montrer sa détermination à sa famille. Un jour, le verdict tombe : ses parents l’ont mariée à un homme d’une quarantaine d’années, déjà marié et père de plusieurs enfants.

Lire la suite sur @ Ohmymag