«Mon hijab n’est pas source de discorde», témoigne une autre enseignante

Une autre enseignante musulmane ayant témoigné mardi au procès de la Loi sur la laïcité de l’État a déclaré que son voile n’a aucun impact sur sa façon d’enseigner et qu’il n’a jamais été source de tensions ni de discorde avec ses élèves et leurs parents.

«Je ne vis pas de conflit entre ma foi et la façon dont je dispose de mon enseignement», a-t-elle déclaré au juge Marc-André Blanchard de la Cour supérieure, au deuxième jour du procès.

L’origine de ses élèves, leur religion ou leur orientation sexuelle n’a aucun impact, dit-elle: «Je n’ai pas de parti pris envers les élèves. Il est important que tout le monde soit traité de façon égale.»