Quand la France refusait une solution pour effectuer 150 000 à 300 000 tests par semaine

En tout et pour tout, 75 laboratoires publics (et leurs 4500 employés) étalés sur l’ensemble du territoire français étaient disponibles immédiatement et suppliaient depuis la mi-mars d’être réquisitionnés pour réaliser des tests. Pourquoi cela ? Parce qu’ils présentent de nombreux avantages : habitués a effectuer des tâches comme les analyses de contrôle des eaux, d’hygiène alimentaire ou de santé animale, ces laboratoires sont parfaitement équipés, disposent de tout le matériel nécessaire, et sont dimensionnés pour travailler “par troupeaux” et à la chaîne. Pendant les crises de la vache folle ou de la peste aviaire, ils ont réalisé des dizaines de milliers de tests… par jour !

Lire la suite sur @ Gentside