Réouverture des jardins familiaux: une “bouffée d’oxygène” au pied des tours

Deux heures par jour, Omar Ouadi peut à nouveau veiller amoureusement sur ses plantations – melons, salades, fraises, tomates… -, bien protégées sous des filets ou des bacs en plastique. Mais, déplore-t-il, celles-ci “ont pris quelques semaines de retard” avec le confinement.

Il y a deux semaines néanmoins, le préfet des Yvelines a desserré l’étau, sur requête du maire de la ville, François Garay (DVG): il a accordé une dérogation pour que les 140 parcelles de jardins familiaux des Mureaux soient à nouveau accessibles aux habitants. Depuis, près d’une vingtaine de communes ou associations du département en ont obtenu une, elles aussi.