Se retrouver dans une vidéo porno à cause du «deepfake», voici ce que ça fait

Un jour de mars, au beau milieu d’une journée de travail ordinaire, Kate, 28 ans, a senti un tapotement pressé sur son épaule. Son collègue voulait absolument lui montrer une vidéo. Elle s’est donc approchée de son écran et s’est vue, grimaçante et gémissante, sur un canapé, les jambes écartées, tandis qu’un homme la pénétrait.

Kate était écœurée. Ses collègues, venus voir ce qui se passait, en sont restés sans voix. Ça avait l’air vraiment réel. La fille dans la vidéo répondait même au prénom de Kate. Évidemment, elle savait que ça ne pouvait pas être elle puisqu’elle n’avait jamais fait de film porno, et que le corps n’était pas le sien. Il ne pouvait s’agir que d’un canular, mais qui la croirait?