Suite a son incarcération, cette jeune femme se donne la mort

Emprisonnée au Caire pour son militantisme en faveur de la communauté LGBTQ, cette jeune femme a été enfermée trois mois en prison en 2017 où elle a vécu l’enfer. Traumatisée par les tortures qu’elle a subies, la jeune femme a mis fin à ses jours samedi 13 juin.

À sa sortie de prison, la jeune femme traumatisée par cette expérience carcérale décide de s’exiler au Canada en 2018. Dans une lettre, diffusée sur une plateforme censurée par le gouvernement égyptien, elle raconte les tortures qu’elle a subies :

L’ONG Amnesty international dénonce “l’oppression” du pouvoir qu’a subi la jeune femme et qui la poussé à commettre l’irréparable.

Lire la suite sur @ Ohmymag