Toulouse: depuis quelques semaines, il y a de plus en plus de comas éthyliques chez les jeunes

Pour le directeur du service de Samu, Vincent Bounes: « C’est tout de même rageant à l’heure où tout le monde essaie de ne pas tomber malade de se mettre volontairement dans des états pareils. »

Il s’est aussi alarmé en expliquant que depuis dix jours, ce sont des jeunes entre 16 et 22 ans qui arrive dans des états de « comas éthyliques graves » et que certains finissent même intubés et en réanimation.

Pour les secours, c’est souvent la même histoire, un jeune appel les secours en pleine nuit depuis une résidence secondaire ou depuis un appartement pour fêter la fin de l’année scolaire. Comme les jeunes ne connaissent pas leurs limites, ils s’alcoolisent rapidement avec de grosses doses de whisky et de vodka.