«Travail colossal d’analyse»: la commission Laurent dit avoir besoin de cinq mois de plus

MONTRÉAL — La commission Laurent sur la protection de la jeunesse dit avoir besoin de cinq mois de plus pour le dépôt de son rapport final en raison d’un «travail colossal d’analyse» et de «défis organisationnels» liés à la pandémie.

La Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse a indiqué mardi avoir demandé au gouvernement du Québec un délai de cinq mois pour le dépôt de son rapport final initialement attendu pour le 30 novembre.

L’élément déclencheur de cette commission spéciale a été la mort d’une fillette de Granby, retrouvée dans un état lamentable en avril 2019 et décédée peu après, même si elle avait fait l’objet de signalements auprès de la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) et de suivis depuis des années.