Trump à Mar-a-Lago: huit jours de golf, de tweets et de colères

Pour ses dernières vacances à Mar-a-Lago (Floride) en tant que président des Etats-Unis, il a offert le spectacle d’un homme replié sur lui-même, en colère, semblant avoir abandonné toute velléité de gouverner mais rejetant l’idée de céder la place sur la scène.

Celui qui refuse toujours, près de deux mois après l’élection, d’accepter sa défaite face à Joe Biden, a partagé ses journées au soleil entre parties de golf et tweets colériques.

Il distribué les coups et les insultes, allant bien au-delà de ses traditionnelles cibles que sont les médias et les démocrates.

La Cour suprême, dont il a nommé trois des neuf juges? “Incompétente et faible”. Les ténors du parti républicain, son parti? “Pathétiques”. Le gouverneur républicain de Géorgie? “Un désastre complet”. Le FBI et le ministère de la Justice? “Ils n’ont pas fait leur boulot”. Les éditoriaux du Wall Stret Journal? “Ennuyeux et incohérents”.