Un remède de cheval contre la déprime du confinement

Car depuis plus de dix ans maintenant, Jenny trotte seule chaque jour dans le quartier résidentiel de Fechenheim, à Francfort, traversant même sans crainte des voies de tram.

En attendant que le cheval libère la voie, une conductrice sort ce jour-là son téléphone pour prendre des photos.

La destination préférée de Jenny: une petite forêt et un champ à proximité du Main, la rivière qui traverse la ville et où elle passe la plupart de ses journées à brouter l’herbe. Sur le chemin, une joggeuse la salue.

Pendant le périple, le pur-sang arabe ne semble même pas remarquer les caresses des passants, encore plus ravis que d’ordinaire de l’apercevoir.