Une fête clandestine infiltrée par des journalistes à Marseille

Rendez-vous est donné sur une page Facebook de fans de techno. Une fois inscrites, les deux journalistes reçoivent un sms avec l’adresse de la fête secrète et quelques consignes : “En cas de contrôle de police, nous devrons passer en mode furtif, sans un bruit, le temps qu’ils partent. L’électricité sera coupée le temps du contrôle.” En effet, 60 policiers sont mobilisés chaque nuit dans la cité phocéenne pour faire respecter les restrictions sanitaires.

Munies d’une caméra cachée, les deux journalistes se rendent sur les lieux de la fête, hébergée par un patron de discothèque. Près de 120 personnes sont réunies pour danser et s’amuser… sans masque ! De nombreuses personnes sont d’ailleurs étonnées par les deux journalistes qui en portent un.

Lire la suite sur @ Gentside