Vaccin et médicaments : où en est la recherche contre le coronavirus ?

Prudente, l’équipe va entamer des essais cliniques dès qu’elle en aura l’autorisation. Des patchs nicotiniques seront administrés à des soignants afin étudier des effets prophylactiques, à des patients hospitalisés pour observer l’impact sur les symptômes ainsi qu’à des patients graves en réanimation pour évaluer leurs réponses inflammatoires.

En l’absence de médicament, un traitement symptomatique est appliqué aux cas bénins. Il s’agit de limiter les effets importuns — maux de tête, maux de gorge, courbatures. Pour cela, les patients peuvent prendre du paracétamol (Doliprane, Dafalgan, Efferalgan) jusqu’à 3g/jour. Samedi 14 mars 2020, le ministère de la Santé a fortement déconseillé la prise d’anti-inflammatoires de type Ibuprofen, aspirine ou cortisone. Les cas les plus graves sont admis dans des unités dédiées en service de réanimation. Les patients sont plongés dans un coma artificiel, ils sont sous assistance respiratoire et suivent souvent des traitements antibiotiques. Ils sont également placés sur le ventre seize heures par jour. Cette position étant une manière de les soulager. Cette prise en charge dure plusieurs semaines.